Aperçu des communiqués

Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale (SAP) Accent sur la stratégie, sur les coûts et sur les objectifs

26 janvier 2018 – Communiqué de presse; Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale

La Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale (SAP) poursuit l’initiative lancée l’an dernier en faveur du développement à long terme de son secteur d’activité. Des améliorations ont été apportées et des projets ont été mis sur les rails. Le conseiller d’Etat Pierre Alain Schnegg tient à ce que les ressources publiques, limitées, bénéficient à la population au lieu de financer des structures et des prestations dépassées.

Le directeur de la santé et de la prévoyance sociale Pierre Alain Schnegg a fait le point sur le renouvellement en cours dans sa Direction lors d’une conférence de presse annuelle. Une réorganisation partielle a eu lieu ces 18 derniers mois et des processus ont été simplifiés. «Je tiens à ce que chaque franc investi profite à la population», a-t-il souligné. Le conseiller d’Etat en a appelé à davantage de pragmatisme en matière de collaboration et en vue de relever les défis à venir.

Vers une stratégie de la santé

La SAP veut développer une stratégie de la santé recensant un état des lieux de la situation dans le canton, les orientations souhaitées et des propositions pour assurer la pérennité des soins. Une collecte de données est en cours pour déterminer les besoins. Les premiers résultats sont attendus pour le milieu de l’année. Une fois élaborée, la stratégie globale devra être approuvée par le Conseil-exécutif et portée à la connaissance du Grand Conseil. Des stratégies partielles et des objectifs opérationnels seront ensuite définis pour les différents domaines de soins.

La numérisation, une priorité

L’analyse menée par SAP a révélé, dans quelques domaines, des retards considérables dans l’utilisation des applications électroniques ou Internet. Une stratégie numérique a donc été arrêtée et le service informatique a été réorganisé, tout comme la gestion numérique. Une plateforme a été créée par exemple pour l’Office du pharmacien cantonal, qui permet aux professionnels de signaler les médicaments qu’ils produisent eux-mêmes. Le service développe des applications Internet aussi pour la distribution de bons de garde destinés aux crèches et pour la vérification des exigences et des décomptes du «modèle bernois» d’intégration.

Au sein de la société axsana AG, les cantons de Berne et de Zurich coopèrent étroitement pour introduire un dossier électronique du patient. Ils sont même devenus le premier acteur suprarégional de Suisse dans le domaine de la cybersanté.

Révision partielle de la loi sur l’aide sociale et insertion professionnelle

Avec la révision partielle de la loi sur l’aide sociale, la SAP met en œuvre une part importante du programme d’allégement 2018 du canton de Berne. Il doit devenir plus attrayant, d’un point de vue économique, d’exercer une activité lucrative que de toucher l’aide sociale. Par ailleurs, il y a lieu de motiver davantage les bénéficiaires de l’aide sociale à s’insérer sur le marché du travail et de les accompagner dans leur démarche. Les millions de francs d’économies ainsi réalisés seront réinvestis dans des projets d’intégration, dans l’enseignement et dans la formation. Ces projets prévoient des mesures et des modèles de coopération avec les employeurs en vue de réinsérer dans la vie professionnelle surtout les jeunes et les plus de 50 ans.

Pierre Alain Schnegg a tenu à entendre des représentants syndicaux et une douzaine d’entrepreneurs issus de grands groupes ou de PME de toutes les régions du canton. Un des souhaits exprimé dans ce groupe de travail est de pouvoir verser, pour une durée limitée, à certains groupes de personnes des salaires inférieurs aux conditions de la CCT, du moment que les prestations n’atteignent pas (encore) la moyenne. Le manque à gagner pourrait par exemple être compensé par l’aide sociale. Une autre proposition porte sur une plateforme électronique qui recenserait tous les profils du domaine de l’intégration (ORP, aide sociale, asile, AI) et sur laquelle les entrepreneurs pourraient sélectionner rapidement des candidats.

Efficience et innovation

Depuis qu’il est entré en fonction, le conseiller d’Etat a visité plus de 200 institutions, multipliant les contacts directs avec de nombreux spécialistes. Il a pu se rendre compte des actions à entreprendre pour dynamiser le secteur de la santé et de la prévoyance sociale et pour endiguer les coûts. «Nous devons nous défaire des vieux schémas et avancer au rythme de la société», a déclaré Pierre Alain Schnegg. Le numérique n’en est qu’à ses débuts, ses possibilités sont infinies. Elles déboucheront sur une qualité meilleure et des processus accélérés. Le directeur de la SAP milite en outre pour une coopération institutionnalisée et transversale de tous les partenaires de la santé et de la prévoyance.

Aperçu des communiqués