Aperçu des communiqués

Service cantonal vétérinaire et formation de la protection civile Exercice contre les épizooties hautement contagieuses

13 juin 2018 – Communiqué de presse; Direction de l'économie publique

Suite au diagnostic de cas de peste porcine africaine dans plusieurs pays européens en 2017, des spécialistes ont procédé à un exercice de lutte contre les épidémies dans un élevage porcin de Noflen. Entre le Service vétérinaire et l’unité spécialisée de la protection civile, le canton de Berne peut mobiliser plus de 100 personnes possédant des connaissances approfondies dans la lutte contre les épizooties. Lorsqu’une épidémie est détectée, le Service vétérinaire est habilité à ordonner la fermeture de l’élevage concerné, l’abattage de tous les animaux malades ou sensibles ainsi que le nettoyage et la désinfection des installations d’élevage.

Le Service vétérinaire de l’Office de l’agriculture et de la nature procède à intervalles réguliers, avec la formation cantonale de la protection civile, à des exercices de lutte contre les épizooties parmi les animaux de rente. Baptisée « SUS 18 », la simulation de cette année fait l’hypothèse d’un cas de peste porcine africaine (PPA) dans un élevage à Noflen. Les services d’urgence ont pu ainsi se familiariser avec les caractéristiques du secteur porcin et de la PPA.

Les mesures principales décidées par le Service vétérinaire en présence d’une épizootie hautement contagieuse sont les suivantes :

  • mise sous séquestre de l’élevage concerné pour prévenir la diffusion de l’épizootie ; 

  • abattage de tous les animaux malades ou réceptifs ; 

  • nettoyage et désinfection des installations d’élevage et de leurs environs.

Le canton a renforcé ses travaux de prévention à la suite des épidémies de fièvre aphteuse qui ont frappé la Grande-Bretagne en 2001 et en 2008. L’exercice national de simulation de crise qui s’en est suivi en 2011 a entraîné une adaptation complète des concepts de prévention des épidémies dans le canton, qui en a profité pour renouveler son matériel et nouer une collaboration étroite – notamment en matière de formation – avec la protection civile. Une attention particulière a été accordée à la compatibilité avec le système de lutte contre les épizooties de l'armée, à tous les échelons, car c’est elle qui vient en appui des forces civiles si la situation s’aggrave.

Plus de 100 spécialistes de la lutte contre les épizooties

Les vétérinaires officiels sont formés pour prélever des échantillons sur les animaux suspectés d’être infectés. En outre, le Service vétérinaire du canton de Berne peut mobiliser dix vétérinaires officiels, spécialement instruits pour diriger des interventions sur place en cas d’épizootie. La formation de la protection civile cantonale compte pour sa part près de 130 spécialistes de la lutte contre les épidémies. Les interventions sont coordonnées avec l’organe de conduite cantonal de la protection de la population.

Les épizooties sont des maladies transmissibles de l’animal qui ne peuvent être combattues avec de bonnes perspectives de succès par un seul détenteur d'animaux et qui ont des conséquences économiques importantes, qui menacent des espèces sauvages indigènes ou qui revêtent une importance pour le commerce international d'animaux ou de produits animaux. Sont réputées hautement contagieuses notamment la fièvre aphteuse des artiodactyles, la peste porcine africaine, la peste porcine classique et la peste aviaire.

Propagation de la peste porcine africaine en Europe

La peste porcine africaine (PPA) se répand en Europe depuis plusieurs années en provenance de l'est. Plusieurs pays de l’Union européenne sont déjà touchés. La première mise en évidence de la PPA chez les sangliers en République tchèque à l’été 2017 a montré que le virus continue sa progression vers l’ouest. Or, la PPA ne menace pas que les sangliers. Elle peut se transmettre aux porcs domestiques et représente donc un risque pour toute la population porcine de Suisse. La PPA n'est pas dangereuse pour l'homme.

Pour plus d’informations :

Documentation

Aperçu des communiqués