Retour à l'aperçu des communiqués

L’emploi dans le canton de Berne en octobre 2017 Baisse persistante du chômage

9 novembre 2017 – Communiqué de presse; Direction de l'économie publique

Le nombre de chômeurs a diminué en octobre dans le canton de Berne pour s’établir à 13 426 personnes, soit 232 de moins qu’à la fin septembre. Le taux de chômage est resté à 2,4% (Suisse : stable à 3%). Cette baisse persistante et réjouissante du chômage en octobre est exceptionnelle et concerne la plupart des secteurs. Elle s’explique principalement par une demande accrue de main-d’œuvre dans le secteur de la santé et du social ainsi que dans l’industrie. Corrigé des variations saisonnières, le chômage reflue légèrement.

La baisse du chômage en octobre est exceptionnelle et s’explique en grande partie par une demande accrue de main-d’œuvre dans le secteur de la santé et du social ainsi que dans l’industrie. Les autres branches affichent également un recul, à l’exception de la hausse saisonnière dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, ainsi que dans la construction.

Corrigé des variations saisonnières, le chômage a légèrement baissé. D’après les calculs du beco Economie bernoise, le taux est passé de 2,6% à 2,5% (cf. explications dans l’encadré).

Le chômage est en recul dans six arrondissements administratifs, alors qu’il est stable ou en hausse dans les quatre autres. L’augmentation la plus marquée touche la région d’Interlaken-Oberhasli, où le tourisme occupe une place importante. A la fin du mois dernier, le taux de chômage allait de 1,4% (Frutigen-Bas-Simmental) à 4,0% (Bienne).

Fin octobre, le canton de Berne comptait 1462 chômeurs de moins que l’année dernière à la même époque.

Emanant essentiellement de l’industrie, 22 demandes de chômage partiel ont été déposées pour 382 personnes (contre 16 demandes pour 112 personnes en septembre).

Des informations complémentaires sont en ligne sur www.be.ch/donnees-economiques

Nota bene

La correction des variations saisonnières permet d’étudier l’évolution conjoncturelle des chiffres du chômage en éliminant des statistiques mensuelles les influences saisonnières habituelles. Ces variations saisonnières sont liées par exemple aux conditions climatiques (hôtellerie et restauration, construction) ou au calendrier institutionnel (fin des formations, jours fériés, vacances).

Documentation

Retour à l'aperçu des communiqués