Retour à l'aperçu des communiqués

Demandes des détenus de Thorberg en grève La direction réfléchit à la création d’une chambre de rencontre intime

24 novembre 2017 – Communiqué de presse; Direction de la police et des affaires militaires

L’équipe de direction de l’établissement pénitentiaire de Thorberg comprend la revendication des détenus en grève, qui réclament une chambre intime. Elle a demandé l’élaboration d’un concept afin de clarifier les questions posées par cet aménagement. En revanche, l’équipe de direction n’entre pas en matière sur les autres demandes et attend des détenus qu’ils reprennent tous le travail lundi.

Une cinquantaine de détenus de l’établissement pénitentiaire de Thorberg n’ont pas repris le travail vendredi dernier (17 novembre 2017) après-midi. Ils ont transmis à la direction un catalogue de revendications concernant les repas, le service de santé, l’indemnisation du travail, le kiosque et le temps libre. Ils demandaient également l’aménagement d’une chambre de rencontre intime. L’équipe de direction comprend que les détenus en grève aient besoin d’une chambre intime. Un concept sera élaboré pour répondre aux questions qui se posent concernant les besoins, les règles d’utilisation, l’emplacement, les priorités et le financement de cet aménagement.

En revanche, l’équipe de direction n’entre pas en matière sur les autres demandes car la plupart reposent sur des données et des hypothèses erronées de la part des détenus. L’établissement pénitentiaire de Thorberg remplit intégralement les exigences formulées dans le Concordat de la Suisse du Nord-Ouest et de la Suisse centrale sur l’exécution des peines, par exemple en ce qui concerne le temps de travail et son indemnisation.

Lundi dernier (20 novembre 2017) après-midi, huit détenus qui refusaient de travailler ont été isolés et transférés dans d’autres institutions avec le concours de la Police cantonale. Les autres grévistes ont été confinés dans leurs cellules et sanctionnés par la privation de tout accès aux médias électroniques. Le confinement en cellule durera jusqu’à lundi prochain (27 novembre 2017) au matin. L’équipe de direction part du principe que tous les détenus reprendront alors le travail.

 

Retour à l'aperçu des communiqués