Environnement et énergie

Le canton de Berne est une petite Suisse à lui tout seul : l’histoire terrestre y a créé les trois grands paysages que sont les Alpes, le Plateau et le Jura. Les différentes bases naturelles – surface, altitude, climat, végétation – ont toujours engendré une utilisation différente par l’homme.

Eaux

Véritable « château d’eau », le canton de Berne est riche en glaciers, eaux souterraines, rivières, ruisseaux et lacs. Près d’un cinquième des ruisseaux et rivières suisses se trouvent dans le canton de Berne (soit près de 13 000 km). La plus longue rivière du pays, l’Aar, prend sa source dans la région du Grimsel et traverse les trois grands lacs bernois (lacs de Brienz, Thoune et Bienne).

La qualité des eaux bernoises superficielles et de l’eau souterraine est généralement bonne. Pour l’essentiel, l’eau souterraine peut être utilisée comme eau potable sans traitement. Les eaux revêtent également une grande importance économique, puisque 60% de l’électricité produite dans le canton de Berne provient de quelque 320 centrales hydroélectriques. Avec sa « Stratégie de l’eau 2010 » le canton entend résoudre les conflits croissants entre utilisation et protection des eaux.

Nature

La nature se trouve sous pression aussi dans le canton de Berne. Le nombre d’espèces animales et végétales a fortement reculé à cause des activités humaines. Le but de la politique cantonale est donc de préserver les écosystèmes naturels et proches de l’état naturel tels que les hauts-marais, d’entretenir les surfaces proches de l’état naturel telles que les prairies maigres et de revitaliser les paysages appauvris, en régénérant par exemple les cours d’eau. Les écosystèmes proches de l’état naturel doivent être mieux reliés entre eux. Les espèces animales et végétales menacées trouvent refuge au sein de quelque 220 zones protégées cantonales.

Energie

Le canton est très dépendant des énergies fossiles – majoritairement importées de l’étranger – pour son approvisionnement énergétique. De plus, la consommation ne cesse de croître en dépit de l’amélioration de l’efficience énergétique. Avec sa « Stratégie énergétique 2006 » le canton de Berne entend inverser la tendance. A très long terme, il vise une société à 2000 watts. Dans un premier temps, la consommation d’énergie devrait être réduite de 6000 à 4000 watts par personne d’ici à 2035. Le canton entend réaliser cet objectif par l’efficience énergétique et les énergies renouvelables, sans recourir à l’atome.

La politique cantonale de l’énergie concentre ses forces sur le domaine de la construction et l’exploitation des énergies renouvelables. Des conditions favorables doivent être créées à cet égard aussi bien pour les bâtiments existants que pour les nouvelles constructions. Quant au potentiel d’énergies renouvelables, il doit être mis en valeur en respectant autant que possible le paysage et la société.