Logo Kanton Bern / Canton de BernePortail Internet
  • de
  • fr
26 avril 2022
Aperçu des communiqués

Communiqué de la Direction des travaux publics et des transports:Des revêtements silencieux pour protéger davantage de personnes du bruit routier

Ces 30 dernières années, le canton de Berne a considérablement amélioré la protection contre le bruit le long des routes cantonales. Les immissions ont été réduites de manière ciblée, principalement au moyen de parois et de fenêtres antibruit. Mais comme la population et donc la circulation continuent de croître, la protection contre le bruit reste une tâche permanente. Pour protéger un plus grand nombre de personnes contre les nuisances sonores, le canton de Berne mise sur des revêtements routiers qui absorbent le bruit.

Dans le canton de Berne, le bruit des routes cantonales est une nuisance qui incommode quelque 100 000 riverains. Il y a 30 ans, le canton de Berne a été parmi les premiers en Suisse à se lancer dans la réalisation de mesures antibruit le long des routes cantonales. Lors d’une conférence de presse ce mardi 26 avril 2022, les responsables de la Direction des travaux publics et des transports ont présenté les mesures mises en œuvre jusqu’ici et les défis à venir dans ce domaine.

22 kilomètres de parois antibruit et des investissements de 203 millions de francs

Au cours des 30 dernières années, le canton de Berne a investi plus de 200 millions de francs dans la protection contre le bruit afin de remplir ses obligations légales dans ce domaine. La Confédération a participé à cet effort à hauteur de 72 millions de francs. Sur les 2000 km formant le réseau routier cantonal, 260 km ont besoin de mesures antibruit. Ces dernières années, 95% des tronçons concernés ont été assainis. À cet effet, des parois antibruit ont été installées sur 22 km de routes. En outre, le canton de Berne a financé des fenêtres de protection phonique. Mais il n’est pas toujours possible d’installer des parois antibruit dans les villes et les villages, que ce soit pour ne pas nuire à la visibilité des sorties, pour préserver les sites ou parce que le rapport coût-utilité est insuffisant.

La protection contre le bruit est une tâche permanente

Même si le canton de Berne a amélioré considérablement la protection contre les nuisances sonores le long des routes cantonales ces dernières années, « la protection contre le bruit reste une tâche permanente bien que 35 années se soient écoulées depuis l’entrée en vigueur de la loi sur la protection de l’environnement », a relevé le conseiller d’État Christoph Neuhaus, directeur des travaux publics et des transports. Une partie des progrès accomplis sont neutralisés par l’augmentation continue du trafic routier et la part croissante d’automobiles de plus en plus imposantes, équipées de pneus plus larges, le bruit de roulement restant élevé même avec des véhicules électriques ou véhicules hybrides. En outre, la croissance démographique entraîne une hausse du trafic et donc des immissions de bruit encore plus importantes le long des axes routiers. C’est pourquoi il faut poursuivre les efforts d’insonorisation sur de nombreux tronçons.

Des revêtements routiers phonoabsorbants pour protéger davantage de personnes

Ces dernières années, le recours à des revêtements absorbant le bruit et à l’abaissement des limitations de vitesse s’est accru dans le canton de Berne comme ailleurs. Ces dispositifs supplémentaires permettent d’atténuer le bruit dans un espace plus étendu que celui occupé par les riverains au sens strict. Il s’agit d’ailleurs d’une démarche conforme à la stratégie de la Confédération, qui lui alloue donc des aides financières. Depuis 2020, le canton de Berne recourt en priorité aux revêtements « silencieux » : ils présentent en surface une très fine porosité grâce à laquelle ils absorbent une partie du bruit de roulement. Ces revêtements agissent donc directement à la source des nuisances sonores. À ce jour, ils équipent 70 km de routes. Mais avec le temps, ces revêtements perdent une partie de leurs propriétés acoustiques et ils nécessitent un entretien soigneux. Le canton de Berne teste donc différentes mesures visant à prolonger leur durée de vie.

Le bruit routier nuit à la santé

Le bruit routier a une grande influence sur le bien-être et donc sur la santé de chacune et de chacun. Le bruit peut être une cause de stress, de troubles du sommeil et de difficultés de concentration. Une exposition quotidienne au bruit crée un stress permanent qui peut induire des diabètes voire provoquer des maladies cardio-vasculaires telles que des infarctus. Selon l’étude SiRENE (www.sirene-studie.ch), quelque 500 décès prématurés par an en Suisse sont indirectement imputables au bruit. Un niveau de bruit élevé peut également réduire la capacité d’apprentissage et de concentration des enfants. Beaucoup de personnes fuient le bruit en s’installant à la campagne. Mais en accroissant le trafic pendulaire, elles contribuent à aggraver la problématique du bruit. Voilà pourquoi il est important de limiter au maximum les nuisances sonores dues aux routes dans les zones habitées afin d’assurer un confort d’habitation approprié. 

  • Exposé Christoph Neuhaus, conseiller d’État, où en sommes-nous en matière de protection contre le bruit du trafic routier ?
  • Présentation
  • Présentation
  • Vidéo avec sous-titre
  • Vidéo sans sous-titre
Partager