Aperçu des communiqués

Projet « Education et technique » Eveiller l’intérêt pour les métiers techniques

12 octobre 2012 – Communiqué de presse; Conseil-exécutif

Pour contrecarrer le manque de relève dans les métiers techniques à laquelle est confrontée l’industrie, le canton de Berne lance un projet baptisé « Education et technique », porté par les Directions de l’instruction publique et de l’économie publique. Il se propose ainsi d’éveiller l’intérêt des enfants et adolescents pour les métiers scientifiques et techniques, en créant, à compter de début 2013, des partenariats entre les écoles et les entreprises, en intégrant mieux ces disciplines dans la formation et la formation continue des enseignants et en mettant en place des programmes spécifiques à l’école obligatoire et au gymnase.

La Suisse ne forme plus assez de personnes aux métiers des domaines STIM (STIM est l’acronyme français pour sciences expérimentales, technique, informatique et mathématiques). Déjà le nombre de places d’apprentissage proposées dans ces métiers excède la demande. Grâce à leur projet commun baptisé « Education et technique », les Directions de l’instruction publique et de l’économie publique veulent tenter d’enrayer la pénurie de personnel qualifié dans les métiers STIM. Ces métiers sont capitaux pour le canton de Berne, qui est le premier site industriel du pays.

Un enseignement ancré dans la pratique

Lors de la conférence de presse qu’il a donnée à Steffisburg, le conseiller d’Etat Bernhard Pulver, directeur de l’instruction publique, a indiqué que l’objectif du projet est d’accroître l’intérêt des enfants et des adolescents pour les professions STIM, en dispensant un enseignement pratique, adapté aux différents niveaux et tenant compte des spécificités de genre. Le projet vise à renforcer et promouvoir les bonnes initiatives déjà présentes à l’école. La participation est toutefois facultative pour le corps enseignant. L’idée directrice serait de faire des élèves des acteurs de leur propre apprentissage, en les amenant à comprendre et à apprendre en découvrant, a souligné M. Pulver. Constatant que les jeunes ne s’orientent pas vers les métiers STIM alors même qu’ils s’intéressent à l’énergie et à l’environnement, le président du gouvernement Andreas Rickenbacher, directeur de l’économie publique, s’est dit convaincu que leurs réticences prennent racine dans des préjugés.

Un considérable réservoir chez les jeunes femmes

La sensibilisation aux métiers STIM doit commencer dès l’école obligatoire et le canton de Berne mise ici beaucoup sur les filles et les jeunes femmes. En effet, sur les 20 000 places d’apprentissage proposées chaque année dans les métiers techniques aujourd’hui en Suisse, à peine 1000 sont occupées par de jeunes femmes. Concrètement, l’enseignement des sciences et techniques va d’abord être développé dans le cadre des « modules de formation continue SWiSE » [Swiss Science Education] proposés aux enseignants. Mais le canton ne s’arrêtera pas là : il créera des partenariats entre les écoles et les entreprises qui permettront aux jeunes de visiter les entreprises partenaires et, en discutant avec le personnel et les apprentis, de découvrir la réalité des métiers STIM. Au fil de leurs rencontres, ils apprendront ce que ces entreprises attendent de leurs apprentis, ce qui leur permettra de vérifier si leurs projets professionnels correspondent à la réalité et d’élargir éventuellement le champ de leur réflexion.
Pour les entreprises, ce sera l’occasion de faire une incursion dans l’école et de susciter l’intérêt des élèves pour leur domaine d’activité.

Programmes STIM spécifiques au gymnase

Pour ce qui est de l’enseignement secondaire du 2e degré, le gymnase est la cible du projet. Trois gymnases pilotes mettent au point des projets de renforcement de la culture STIM. Il peut s’agir d’unités d’enseignement spécifiques, d’options facultatives dans les disciplines STIM ou d’initiatives ciblant spécifiquement les filles. Le gymnase de Köniz, par exemple, a l’intention d’ouvrir une classe STIM spécifique l’été prochain, dans laquelle filles et garçons auront deux leçons supplémentaires par semaine, grâce auxquelles ils expérimenteront sur le terrain, au travers de projets et de stages, le monde fascinant des sciences expérimentales.

Des stages pour les enseignants

Les disciplines STIM s’inviteront également davantage dans la formation et la formation continue des enseignants. Dès 2014, des modules de formation continue SWiSE spécifiques aux STIM seront intégrés au cursus de la Haute école pédagogique de Berne. L’école veut en outre proposer des stages de courte durée en entreprise (une semaine) aux enseignants.

Lancement début 2013

Le projet « Education et technique » débutera le 1er janvier 2013 et s’achèvera fin 2015 par la publication d’un rapport. Les mesures et les partenariats mis en place avec les entreprises feront l’objet d’une évaluation. Le but est de les maintenir si possible au-delà de 2015.

 

Documentation

Aperçu des communiqués