Aperçu des communiqués

Résultats de l’enquête Pisa 2012 dans le canton de Berne Bon à très bon niveau des élèves bernois

23 septembre 2014 – Communiqué de presse; Direction de l'instruction publique

La cinquième enquête Pisa montre qu’en mathématiques, en lecture et en sciences naturelles, les élèves de la partie germanophone du canton obtiennent de bons, voire très bons résultats, comme en Suisse en général. Les évaluations des élèves scolarisés dans la partie francophone du canton sont légèrement inférieures. Les jeunes issus de l’immigration obtiennent des résultats sensiblement meilleurs que lors de la précédente enquête. La proportion d’élèves de la partie germanophone classés dans le groupe à risque a reculé.

D’abord les bonnes nouvelles : en 2012, les élèves bernois de 9e année ont globalement obtenu de bons résultats dans les trois matières évaluées que sont les mathématiques, la lecture et les sciences naturelles. Ceux de la partie germanophone du canton ont même eu de très bons résultats en mathématiques et en sciences naturelles, avec un total de points respectivement égal à 529 et 518 (505 points en lecture). Leur niveau global équivaut ainsi à la moyenne suisse. Les jeunes scolarisés dans la partie francophone du canton totalisent 516 points en mathématiques, 493 en sciences naturelles et 496 points en lecture. Ils s’en sortent donc légèrement moins bien que les Bernois germanophones, et leur niveau est inférieur à la moyenne de la Suisse romande.

Le programme Pisa sert aussi d’outil de monitorage de l’éducation et permet donc d’en suivre l’évolution sur le long terme. Depuis la première enquête réalisée en 2000, les jeunes scolarisés dans la partie germanophone du canton ont amélioré leur score de 14 points en lecture, pour atteindre 505 points. Entre 2006 et 2012, ceux de la partie francophone ont augmenté leur moyenne de 10 points dans cette matière. La part d’élèves de la partie germanophone qui sont classés dans le groupe à risque a également reculé, passant de 19 à 13%. Le groupe à risque englobe les élèves ayant de grandes difficultés de lecture, qui n’atteignent pas le niveau de compétences 2 et qui risquent donc d’avoir des difficultés à entrer dans la vie active.

Amélioration des résultats des jeunes issus de l’immigration

Le recul du nombre jeunes classés dans le groupe à risque est essentiellement dû aux nets progrès de ceux issus de l’immigration. La composition de cette population est plus favorable aujourd’hui, tant en termes de génération d’immigration (proportionnellement moins de jeunes immigrés de la première génération), qu’en termes d’origine sociale. Parallèlement, la part des jeunes issus de l’immigration dans la population globale a fortement augmenté entre 2000 et 2012. Malgré de meilleurs résultats, ces jeunes et ceux de langue maternelle étrangère restent nettement surreprésentés dans le groupe à risque. Près d’un quart des jeunes de cette catégorie qui sont scolarisés dans la partie germanophone du canton en font partie.

Bons résultats en mathématiques

Lors de l’enquête 2012, ce sont les mathématiques qui ont été retenues comme matière principale à évaluer. La partie germanophone du canton peut se targuer d’un bilan positif de l’enseignement de cette discipline. Dans le canton de Berne, comme d’ailleurs dans toute la Suisse, les élèves se distinguent particulièrement dans deux branches des mathématiques, par leur force dans l’une et par leur faiblesse dans l’autre. Les élèves bernois en général, mais surtout ceux de la partie francophone, sont particulièrement doués dans la branche « Espace et forme », qui se rapproche le plus de ce que le plan d’études appelle la géométrie. En « probabilités et statistiques », leurs résultats sont par contre inférieurs à la moyenne. Cette branche des mathématiques étant considérée comme un domaine de compétences à part entière dans le plan d’études 21 (plan des 21 cantons germanophones), on peut toutefois s’attendre à des progrès dans ce domaine.

Progrès des filles en mathématiques

Contrairement au stéréotype selon lequel les garçons sont meilleurs que les filles en mathématiques, les jeunes bernoises ne sont plus qu’à 7, voire 6 points derrière leurs camarades masculins, ce qui n’est pas un écart statistiquement significatif. Cependant, la peur des mathématiques est plus fréquente chez les filles que chez les garçons.
En lecture, l’écart s’est fortement creusé entre les filles et les garçons entre 2000 et 2012 : les filles ont obtenu 51 points de plus que les garçons cette fois-ci. Cet écart correspond à peu près à ce que l’on apprend en un an et demi.

Voie de scolarisation et origine sociale

Du côté de l’égalité des chances, on observe qu’à résultats Pisa équivalents, la voie choisie par les élèves - école générale, degré secondaire ou gymnase - dépend fortement des conditions économiques, sociales et culturelles des parents. Dans la partie francophone du canton, les élèves de langue maternelle étrangère ou d’un milieu social défavorisé sont surreprésentés en « section générale ». Les élèves issus des milieux sociaux défavorisés ont des résultats nettement inférieurs aux autres, quelle que soit la voie dans laquelle ils sont scolarisés.

Aucun impact des modèles d’enseignements coordonnés sur le niveau

Au niveau du degré secondaire I, les communes bernoises peuvent choisir entre les modèles d’enseignement séparatif, coopératif et intégratif. Pour garantir l’égalité des chances de formation, il est important qu’au final, les élèves atteignent un niveau de compétences moyen équivalent, quel que soit le modèle choisi. Avec les modèles coopératif et intégré, les jeunes peuvent suivre les cours d’allemand, de français et de mathématiques de différents niveaux. Cela permet de mieux adapter l’enseignement aux facultés individuelles et facilite le passage d’une voie de scolarisation à l’autre. Dans la partie francophone du canton, on note des différences de niveau de l’ordre de 25% dans les trois matières évaluées selon que les élèves suivent la section générale ou la section préparant au gymnase.

Résultats du canton de Berne et rapport (PDF, 1 Mo, 76 pages) (en allemand)

Information complémentaire sur Pisa 2012 

Documentation

Aperçu des communiqués