Aperçu des communiqués

Projet bernois de protection des plantes Canton et agriculture préoccupés par la santé des eaux

31 août 2018 – Communiqué de presse; commun du canton de Berne et de l’ Association des paysans bernois

Les mesures effectuées par le Laboratoire cantonal de la protection des eaux et du sol montrent que les petits cours d’eau sont parfois fortement pollués par les produits phytosanitaires. Le canton, la Confédération et les milieux agricoles cherchent à réduire cette dégradation dans le cadre du projet bernois de protection des plantes.

Le projet bernois de protection des plantes vise à réduire l’utilisation de produits chimiques dans les eaux. Il est suivi par le Laboratoire de la protection des eaux et du sol de l’Office des eaux et des déchets, qui contrôle l’efficacité des mesures par un monitoring très strict des eaux. Les responsables ont présenté à Bätterkinden les premiers résultats des mesures. Les analyses montrent qu’il est nécessaire d’agir, les eaux et les effluents des stations d’épuration étant en partie fortement contaminés par des produits phytosanitaires. Elles ont permis de détecter 81 substances, dont douze sont critiques pour les organismes aquatiques. D’autres substances critiques ont été trouvées dans les effluents des stations d’épuration, mais il n’est pas certain qu’elles proviennent uniquement de l’agriculture.

Protéger les eaux

En se référant à ces résultats, les milieux agricoles recherchent des solutions de remplacement de concert avec des spécialistes. Il est envisagé, par exemple, de renoncer aux herbicides, notamment pour les cultures de pommes de terre ou de betteraves sucrières. Au besoin, les places de remplissage et de lavage sont adaptées pour les pulvérisateurs afin d’éviter que les produits ne dégradent les eaux.

Les agriculteurs, partie de la solution

En présentant les résultats du monitoring, le directeur cantonal de l’économie publique Christoph Ammann a souligné que le problème des apports excessifs de produits phytosanitaires dans les eaux ne pouvait être résolu que par une coopération étroite entre le Laboratoire de la protection des eaux et du sol et les exploitations agricoles. « Ils doivent travailler main dans la main pour réussir », a insisté le conseiller d’État. Le monitoring a montré la nécessité de poursuivre sans relâche le projet bernois de protection des plantes.

L’Association des paysans bernois pense elle aussi qu’une action s’impose en matière de protection des plantes. En participant au projet et au monitoring, ses membres contribuent activement à la recherche d’une solution et s’assurent que les mesures à venir seront réalisables, a ajouté son président Hans Jörg Rüegsegger.

Les enseignements tirés du projet bernois de protection des plantes profiteront au plan d’action national visant à la réduction des risques et à l’utilisation durable des produits phytosanitaires.

Nota bene

Le projet bernois de protection des plantes

Le Projet bernois de protection des plantes vise à soutenir les exploitants agricoles dans l’utilisation efficace et écologique des produits phytosanitaires. L’objectif de ce projet d’une durée de six ans (2017-2022) est d’optimiser l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’agriculture afin de réduire les risques environnementaux, en particulier pour les eaux, sans affecter le volume de production de manière significative. En cette deuxième année, près de 3200 exploitations agricoles y participent, autrement dit la majorité des exploitations bernoises de grandes cultures. Dans leur ensemble, ces exploitations appliquent des mesures sur plus de 21 700 hectares, afin de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires.

Organisme responsable

L’Office de l'agriculture et de la nature du canton de Berne et l’Association des paysans bernois se partagent la responsabilité du projet. L’Office fédéral de l’agriculture prend à sa charge 80% des coûts totaux du projet, qui s’élèvent à 62,7 millions de francs. Le canton de Berne contribuera à hauteur de 10,6 millions de francs sur six ans, ce qui représente environ 17% du montant total.
Pour de plus amples informations : Projet bernois de protection des plantes

Aperçu des communiqués