Aperçu des communiqués

100 jours de la conseillère d’État Evi Allemann Simplicité, action et dématérialisation : les clés pour travailler au plus près de la population

7 septembre 2018 – Communiqué de presse; Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques

La conseillère d’État Evi Allemann veut se rapprocher de la population grâce à des décisions rapides et à des structures simples, renforcer le dialogue avec les communes, les régions et les milieux économiques et développer le numérique pour que les prestations cantonales soient accessibles aisément et en tout temps. Elle a fixé ces trois priorités pour aborder les prochaines années à la tête de la Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques. Evi Allemann entend également contribuer activement à l’action gouvernementale pour que le canton de Berne continue à se développer.

Après 100 jours de mandature, la conseillère d’État Evi Allemann a tiré un premier bilan de son travail au sein de l’exécutif cantonal. Son vaste réseau, sa familiarité avec les sujets de préoccupation du canton et sa bonne connaissance des mécanismes politiques lui ont été utiles lors de ce retour à la politique cantonale. La Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques (JCE) a un portefeuille de tâches très varié et fournit des services importants à la population bernoise, a-t-elle souligné lors d’une conférence de presse. Elle est déjà très proche des habitantes et des habitants du canton de Berne, en particulier grâce à ses 31 services répartis sur l’ensemble du territoire. Les domaines dont elle s’occupe, comme le registre foncier ou les faillites et poursuites, en font en outre un partenaire important des milieux économiques.

Evi Allemann a mis à profit ces trois premiers mois pour acquérir une vision d’ensemble des multiples missions qui relèvent de sa Direction. Elle s’est rendue dans tous les offices pour y rencontrer ses collaboratrices et collaborateurs et se familiariser avec les sujets qui y sont traités, ce qui lui a permis de cerner les défis qui se posent à la JCE. Elle a été frappée par le niveau élevé de professionnalisme des services fournis alors que le canton dispose de ressources en personnel modestes par rapport à la Confédération. Mais comme les différents domaines de travail sont pris en charge par un nombre restreint de personnes, les voies décisionnelles ont l’avantage d’être plus courtes.

Trois priorités pour la nouvelle législature

Au cours des premiers mois de son mandat, la nouvelle conseillère d’État a défini trois priorités pour la JCE, qu’elle souhaite mettre en œuvre avec son équipe au cours de la législature qui vient de débuter. La Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques (qui devrait devenir la Direction de l’intérieur et de la justice en 2020) devra ainsi insister davantage encore sur les critères suivants dans les services qu’elle fournit :

  • Proposer aux citoyennes et aux citoyens des structures optimales, des solutions éprouvées et des processus de décision simples. Pour Evi Allemann, le professionnalisme et l’efficacité de la JCE dans l’accomplissement de ses tâches reposent sur sa proximité avec la population. Le canton s’emploiera, par exemple, à améliorer la politique en faveur des enfants, des adolescents et des familles en difficulté. Les compétences dans ce domaine seront regroupées dans un seul service, ce qui permettra d’avoir une source de décision unique. La nouvelle directrice veut aussi optimiser la collaboration entre les autorités de protection de l’enfant et de l’adulte et les services sociaux des communes. Par ailleurs, un système automatisé simplifiera le dépôt des demandes de réduction des primes d’assurance-maladie et accélérera les décisions.
  • Dialoguer avec les communes, les régions, les milieux économiques, les Églises et les communautés religieuses pour entretenir les partenariats et les renforcer. La JCE veut développer un modèle permettant de soutenir plus facilement les communes qui souhaitent fusionner. Au plan de la politique régionale, elle œuvrera pour que les régions puissent continuer à se développer en exploitant leurs atouts. La Direction jouera un rôle actif dans l’aménagement du territoire afin de faire avancer la densification du milieu bâti. Pour Evi Allemann, le travail du canton dans ce domaine est un rouage essentiel de la politique économique comme de la politique environnementale. C’est en effet l’aménagement du territoire qui détermine la physionomie à long terme de notre espace de vie, selon elle. Elle entend par ailleurs recourir au dialogue pour poursuivre la réduction des inégalités entre les diverses communautés religieuses dans les domaines du financement, de la formation ou encore de l’assistance spirituelle.
  • Exploiter les technologies du numérique pour que les prestations cantonales soient accessibles aisément et en tout temps. Il est important aux yeux de la conseillère d’État que sa Direction mette encore mieux à profit les opportunités ouvertes par le numérique afin que les entreprises, les institutions et la population aient aisément accès aux autorités. Le portail de la JCE permettra d’effectuer des démarches supplémentaires, par exemple pour les permis de construire, les plans d’affectation ou encore les autorisations d’exploiter un hôtel ou un restaurant. En outre, toutes les données publiques du registre foncier pourront être consultées sur Internet. Dans le domaine de la procédure administrative, les transactions juridiques pourront être effectuées par voie électronique.

Cohérence entre l’orientation stratégique et la réforme des Directions

La conseillère d’État Evi Allemann fera évoluer la JCE en s’appuyant sur la réforme des Directions, qui sera débattue par le Grand Conseil l’an prochain en vue d’une entrée en vigueur le 1er janvier 2020. La réforme renforce les domaines importants déjà du ressort de la JCE pour faire de celle-ci une Direction de l’intérieur et de la justice : elle sera en charge de toutes les tâches ayant une incidence spatiale, comme l’organisation du territoire, la tenue du registre foncier ou la géoinformation. Elle réunira aussi en un seul office les services qui se consacrent à l’enfance et la jeunesse, actuellement éparpillés dans quatre Directions.

Evi Allemann accorde une grande importance à la collaboration interdirectionnelle au sein de l’administration cantonale, dans un esprit de service aux citoyennes et aux citoyens. Aux côtés de ses collègues du gouvernement cantonal, elle entend mettre à profit la dynamique générée par le renouvellement du Conseil-exécutif. Cela suppose de dialoguer dans un esprit de loyauté, même lorsque le débat se durcit. La nouvelle conseillère d’État a conclu le bilan de ses 100 premiers jours en affirmant que le gouvernement doit avoir pour objectif supérieur de fournir le meilleur travail possible afin que le canton de Berne continue de progresser dans les domaines de l’économie, du social et de l’environnement.

Aperçu des communiqués