Aperçu des communiqués

Romilda Stämpfli à la tête de l’Office de l’exécution judiciaire

29 novembre 2018 – Communiqué de presse; Conseil-exécutif

Le Conseil-exécutif a nommé Romilda Stämpfli à la tête de l’Office de l’exécution judiciaire du canton de Berne au 1er janvier 2019. Elle participera aux travaux d’optimisation de la structure de l’office, dont elle a été chargée de coordonner les processus et de centraliser les domaines transversaux.

Romilda Stämpfli, nouvelle cheffe de l’Office de l’exécution judiciaire (Photo: LDD)

Agrandir l'image Romilda Stämpfli, nouvelle cheffe de l’Office de l’exécution judiciaire (Photo: LDD)

En tant que cheffe de la Section détention depuis 2016, Romilda Stämfli est responsable des cinq prisons régionales de Moutier, Berne, Bienne, Berthoud et Thoune (405 places), de la Division cellulaire de l’Hôpital de l’Île et du Secteur des transports de détenus. Elle était auparavant suppléante du directeur de la prison régionale de Berthoud.

Avant de passer à l’exécution judiciaire en 2015, Romilda Stämpfli avait travaillé depuis 2009 à la police cantonale bernoise comme responsable du personnel. De 2001 à 2009, elle a été employée par l’Office de l’agriculture et de la nature, d’abord comme suppléante du responsable du personnel, puis comme responsable à part entière, à partir de 2005. Au-delà d’une vaste expérience des ressources humaines, de la conduite et de la gestion de projets, Romilda Stämpfli justifie de compétences dans l’hôtellerie, où elle a rempli différentes fonctions de cadre une fois son diplôme de l’École hôtelière suisse de Lucerne en poche.

En plus d’une formation de spécialiste RH, elle a suivi un programme à la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse pour obtenir le diplôme de responsable RH. Elle a suivi aussi la formation d’officier de police de l’Institut suisse de police et obtenu le CAS Déviance, délinquance et criminalité de la Haute école de travail social de Zurich. Domiciliée à Aeschau dans l’Emmental, Romilda Stämpfli, 54 ans, est mariée et mère d’une fille.

Coordination des processus

La nouvelle cheffe de l’Office de l’exécution judiciaire, qui entrera en fonction le 1er janvier 2019, participera dès maintenant aux travaux d’optimisation de la structure de l’office. Le directeur de la police et des affaires militaires Philippe Müller l’a chargée de renforcer la conduite stratégique de l’office, d’en coordonner les processus pour le premier semestre 2020 et de centraliser les domaines transversaux (personnel, finances, informatique, etc.).

Aperçu des communiqués