Aperçu des communiqués

Les six premiers mois de Philippe Müller au Conseil-exécutif La sécurité est la base du développement économique et de la qualité de vie

11 décembre 2018 – Communiqué de presse; Direction de la police et des affaires militaires

Le nouveau directeur de la police et des affaires militaires du canton de Berne, Philippe Müller, attache une grande importance à ce que sa Direction soit à l’écoute de la population et efficace, d’autant qu’elle est au contact direct des citoyens et des citoyennes. Le conseiller d’État considère que la sécurité est la base du développement économique et de la qualité de vie des Bernois et des Bernoises. Il veut que le canton de Berne soit à la pointe du progrès technologique. Mais la transition numérique ne fait pas tout : il faut aussi s’assurer les ressources humaines nécessaires.

Après ses six mois au Conseil-exécutif, Philippe Müller a tiré un premier bilan de ses observations à la tête de la Direction de la police et des affaires militaires du canton de Berne (POM). Le département qu’il dirige fournit des services importants, en contact direct avec la population. Tous les habitants et les habitantes du canton ont certainement affaire avec la POM plusieurs fois par an, que ce soit avec la police sur la route, pour l’expertise de leur véhicule, le renouvellement de leur passeport ou un mariage, dans le cadre de la promotion du sport ou encore lorsqu’ils remplissent leurs obligations à l’armée ou dans la protection civile. C’est pourquoi Philippe Müller attache une grande importance à ce que les prestations de sa Direction soient conçues pour répondre au mieux aux besoins de la population.

Pour illustrer les évolutions à venir, il a pris l’exemple de l’Office de la circulation routière et de la navigation (OCRN), qui compte plus de 800 000 usagers : il doit être à leur écoute pour pouvoir leur proposer un service efficace, que ce soit sur Internet, au guichet ou par téléphone. C’est grâce à cela que l’OCRN arrive, avec un effectif inchangé, à gérer le nombre sans cesse croissant de véhicules depuis plusieurs dizaines d’années.

Le contact personnel reste essentiel

Malgré le développement des transactions électroniques destinées à améliorer l’efficacité des procédures administratives, le contact direct et l’engagement personnel des collaborateurs et des collaboratrices de la POM restent essentiels, a rappelé M. Müller : « Je suis tout à fait favorable au déploiement du numérique chez nous car nous devons faire face à la concurrence. Et je veux que notre canton soit à la pointe, pas à la traîne. Mais croire que plus nous utilisons les technologies numériques, moins nous avons besoin de ressources humaines serait une erreur. » Il est aujourd’hui impossible de faire expertiser un véhicule sur Internet, par exemple. Il faut un savoir-faire humain pour déterminer si une personne est apte à conduire un véhicule à moteur ou non. La visibilité de la police et sa capacité à intervenir sur le terrain accroissent le sentiment de sécurité de la population. De même, les détenus des établissements pénitentiaires et des prisons ont besoin d’être encadrés par des personnes en chair et en os 24 heures sur 24.

Priorités et défis de la législature en cours

Au cours des six mois écoulés, le conseiller d’État a pu observer et apprécier la diversité de sa Direction. Il a rencontré des collaborateurs et des collaboratrices très motivés, fournissant un travail professionnel. Sur la base de ces premières expériences, Philippe Müller a établi des priorités et identifié des défis pour la législature en cours parmi les nombreux dossiers importants de son ressort :

  • La sécurité est la base du développement économique et de la qualité de vie de la population. Cela semble aller de soi dans un canton qui affiche de bons chiffres dans ce domaine et dont la police jouit d’une cote de confiance élevée dans les sondages auprès de la population. Mais la police doit avoir les moyens de réagir vite aux nouvelles formes de criminalité et de violence, comme par exemple dans le cyberespace (criminalité organisée, groupements terroristes ou pédophilie sur le dark net). La POM a besoin à la fois de spécialistes de la lutte contre la cybercriminalité et de forces d’intervention suffisantes sur le terrain. La société est régulièrement confrontée à la violence des extrémismes de droite comme de gauche, contre laquelle il faut lutter à la racine.

  • Ressources humaines : il est primordial d’assurer à la POM les ressources en personnel dont elle a besoin pour faire face aux exigences grandissantes et à la croissance de la population, tout en continuant d’améliorer et de simplifier les processus de travail.

  • Dans le domaine de l’exécution judiciaire, le besoin d’assainissement des infrastructures est énorme. La POM poursuivra l’élaboration minutieuse et complète des bases nécessaires à cet effet, en s’appuyant sur la stratégie de l’exécution judiciaire. Elle soumettra ses propositions au débat politique en 2019.

  • Bien que les chiffres de l’asile soient en baisse actuellement, les mouvements migratoires continueront d’occuper la Confédération et le canton. Berne s’est doté d’une stratégie de l’asile. Il faut maintenant s’atteler à sa mise en œuvre concrète et mener à bien la restructuration prévue au cours des deux années à venir, en collaboration avec le Secrétariat d’État aux migrations et la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale.

  • La stratégie sportive adoptée par le Grand Conseil sera mise en œuvre à partir de 2019, avec des mesures adaptées à différents groupes cibles qui déploieront rapidement des effets.

  • La situation sur le site de l’ancien dépôt de munitions du DDPS à Mitholz a clairement montré combien des dangers inattendus peuvent surgir soudainement, appelant une réaction professionnelle. Il est donc important que le canton soit préparé de manière adéquate et ciblée à ces dangers imprévus de grande envergure (p. ex. pandémie ou catastrophe naturelle), qui sont heureusement rares.

  • La POM optimise en permanence son organisation et ses infrastructures. Dans ce contexte, les projets de construction du centre de police à Niederwangen et du siège principal de l’OCRN à Münchenbuchsee doivent donc être réalisés rapidement.

Philippe Müller trouve que sa nouvelle activité est extrêmement intéressante et lui apporte beaucoup de satisfactions, notamment parce qu’elle comporte de nombreux contacts personnels et lui offre de multiples possibilités d’action. De quoi compenser l’énorme charge de travail que représente ce mandat : « c’est un travail intensif, mais enthousiasmant ! », conclut le conseiller d’État.

Aperçu des communiqués