Aperçu des communiqués

Rapport sur le marché du travail en 2019

Malgré le ralentissement conjoncturel, le marché du travail a connu une évolution très positive en 2019. Le taux de chômage a légèrement diminué dans le canton de Berne au cours de l’année et se situe à son plus bas depuis 2007. Le nombre de demandes de chômage partiel a augmenté par rapport à 2018. Le nombre de travailleurs étrangers soumis à l’obligation d’annonce (activités lucratives d’une durée inférieure à 90 jours) s’est inscrit en hausse dans le canton par rapport à l’an dernier.

C’est ce qui ressort du rapport concernant la situation sur le marché du travail en 2019 que viennent de publier l’Office de l’assurance-chômage et l’Office de l’économie. Ce rapport donne en outre un aperçu complet des tâches et des acteurs de la surveillance du marché du travail dans le canton. Les inspections étendues effectuées par le Contrôle du marché du travail Berne ont permis de clarifier de nombreux cas de suspicion de travail au noir et de prononcer les sanctions nécessaires.

Pour en savoir plus : Situation sur le marché du travail en 2019

Direction de l’économie, de l’énergie et de l’environnement

Bulletin hydrographique 2019 : début d’année froid et canicule estivale

Le Bulletin hydrographique 2019, qui vient de paraître, dresse le bilan des précipitations et du niveau des eaux dans le canton de Berne. D’abord froid et enneigé en début d’année, l’hiver est devenu sec et doux par la suite. À une fin de printemps fraîche a succédé un été parmi les plus chauds jamais enregistrés depuis que les relevés sont systématiques. À la différence de 2018, la sécheresse ne s’est pas installée durablement. Si la variation du niveau du lac de Brienz reflète les conditions météorologiques, des régulations ciblées ont permis de maintenir les lacs de Bienne et de Thoune à des hauteurs de saison pendant toute l’année. Le niveau des eaux souterraines était bas en début d’année, conséquence de la sécheresse extrême de 2018. Alors que les masses d’eau souterraine importantes sont revenues dans la moyenne dans la plupart des régions à partir du milieu de l’année, les nappes phréatiques plus profondes, notamment en Haute-Argovie, ont repris du volume jusqu’en décembre, mais pas suffisamment pour compenser les déficits considérables présents en début d’année. Bulletin à télécharger.

Direction des travaux publics et des transports

Dégâts forestiers dus aux tempêtes hivernales

Les tempêtes de ces dernières semaines ont provoqué des dégâts dans la forêt bernoise. L’ensemble du territoire cantonal a subi surtout des dommages épars ; seules de petites surfaces présentent des dommages concentrés. On parle de dommages épars lorsque des arbres ont été renversés ou cassés isolément. Il est encore trop tôt pour évaluer avec certitude l’ampleur des dégâts. Mais les dommages sont nettement moins importants que ceux causés par la tempête Burglind il y a deux ans. Il est possible que certains propriétaires de forêt soient fortement impactés dans d’autres régions également.

Priorité absolue à la sécurité

La sécurité a la priorité absolue. Cela s’applique au travail forestier comme à l’usage récréatif de la forêt. Les tempêtes ont fragilisé les arbres ; des branches cassées de taille variable peuvent y être suspendues en équilibre instable. Il est donc recommandé à la population d’éviter les forêts endommagées par les tempêtes et de respecter les interdictions d’accès pour abattage. Le danger est particulièrement élevé en cas de vent.

Les épicéas et les sapins endommagés sont propices à la reproduction du bostryche, qui s’est massivement développé ces deux dernières années. Pour endiguer les dommages consécutifs aux tempêtes, il faut procéder rapidement au débardage et à l’évacuation des arbres endommagés. Les gardes forestiers et les organisations régionales de propriétaires forestiers conseillent les propriétaires concernés et leur apportent toute l’aide possible pour accomplir les travaux requis.

Direction de l’économie, de l’énergie et de l’environnement

Aperçu des communiqués