Aperçu des communiqués

Coronavirus Dès samedi, application dans le canton de Berne des mesures fédérales ponctuellement durcies

11 décembre 2020 – Communiqué de presse; Conseil-exécutif

Suite à la décision du Conseil fédéral d’instaurer des mesures applicables dans l’ensemble du pays à partir de ce samedi (12 décembre 2020), le Conseil-exécutif abroge en grande partie les mesures bernoises de lutte contre le coronavirus. Ces mesures avaient été introduites en plusieurs étapes depuis le 23 octobre et devaient rester en vigueur jusqu’au 14 décembre. Elles étaient généralement plus strictes, que les nouvelles prescriptions fédérales. Le canton de Berne maintient en grande partie ses dispositions concernant la restauration, les bars et les clubs ainsi que les marchés.

Au vu de l’évolution préoccupante des chiffres du coronavirus, du taux de positivité toujours élevé et du nombre important de patientes et patients atteints du COVID-19 dans les hôpitaux, le Conseil-exécutif salue globalement les décisions prises aujourd’hui vendredi (11 décembre 2020) par le Conseil fédéral concernant l’ordonnance COVID-19 situation particulière. Le gouvernement bernois est convaincu que, dans la situation actuelle, il est urgent de mettre en place une réglementation nationale pour freiner rapidement la propagation de la pandémie. Il salue la décision du Conseil fédéral de laisser aux familles la possibilité de se réunir en groupes de dix personnes issues de deux ménages.

Maintien de certaines dispositions cantonales plus strictes

Les mesures arrêtées par le Conseil fédéral concernant les horaires d’ouverture dans la restauration (de 6h à 19h) sont plus strictes que celles du canton de Berne. Étant donné le taux actuel de reproduction du virus sur son territoire, le canton de Berne ne remplit pas les conditions prévues par la réglementation fédérale pour étendre les horaires d’ouverture des établissements de restauration. Cela signifie qu’à partir de demain samedi (12 décembre 2020) les restaurants devront fermer à 19h, conformément aux prescriptions fédérales. Le Conseil-exécutif va plus loin que les mesures fédérales en maintenant à 50 personnes le nombre maximal de convives par établissement. De plus, les bars et les clubs doivent rester fermés. De même, les règles applicables aux marchés sont maintenues : la consommation de nourriture et de boissons sur place reste interdite. Ces mesures cantonales plus strictes que les prescriptions fédérales resteront valables jusqu’au 22 janvier 2021. Les autres mesures cantonales qui devaient rester en vigueur jusqu’au 14 décembre sont abrogées par l’entrée en force des nouvelles mesures fédérales demain samedi 12 décembre.  

Il est urgent de réactiver les crédits COVID

Le Conseil-exécutif est conscient qu’avec les mesures de la Confédération la vie sociale restera fortement limitée et que les conditions strictes à respecter vont aggraver la situation déjà tendue des entreprises. C’est notamment pourquoi il tient à souligner une nouvelle fois que la seule possibilité rationnelle et rapidement efficace pour soutenir les entreprises touchées consiste à ce que le Conseil fédéral réactive les crédits COVID le 18 décembre 2020 en faisant usage de la norme de délégation prévue dans la loi sur les cautionnements solidaires liés au COVID-19. Étant donné le caractère d’urgence que présente l’aide aux cas de rigueur, le Conseil fédéral doit réactiver sans tarder les crédits COVID en prononçant l’entrée en vigueur de la modification urgente de la loi.  Cela réduirait notablement la pression qui pèse sur les cantons afin qu’ils mettent en œuvre les mesures pour les cas de rigueur dans les plus brefs délais tout en garantissant une exécution ciblée qui exclut autant que possible les abus dans les cantons.

Selon le gouvernement bernois, la solution de la Confédération pour les cas de rigueur doit être intégrée dans le dispositif des prêts COVID. Il faut permettre aux entreprises de demander un prêt COVID et, parallèlement, de soumettre aux cantons une requête d’aide financière pour cas de rigueur demandant la remise partielle ou totale du remboursement du crédit COVID obtenu. Le Conseil-exécutif souhaite que l’ordonnance du Conseil fédéral sur les cas de rigueur soit adaptée pour offrir cette possibilité supplémentaire.

L’augmentation des moyens alloués par le Conseil fédéral et l’adaptation des prescriptions qui viennent d’être décidées vont compliquer encore la mise en œuvre dans le canton de Berne alors qu’elle constituait déjà un défi de taille. Il faut donc s’attendre à des retards et à des pénuries de ressources car, si les mesures du Conseil fédéral sont louables, leur mise en œuvre ne pourra pas avoir lieu de la manière souhaitée dans la pratique et elle engendrera de lourds conflits d’objectifs. Le gouvernement bernois doit maintenant poursuivre ses travaux sur l’ordonnance cantonale dans un contexte incertain et de nouveau modifier la procédure. Il reprendra ces travaux la semaine prochaine et leur consacrera vraisemblablement plusieurs séances.   

Le gouvernement suit de près l’évolution de la pandémie

Le Conseil-exécutif remercie la population pour son adhésion aux mesures de restriction. Les fêtes de fin d’année montreront comment la pandémie évolue. Le gouvernement continuera de suivre de près la situation épidémiologique. Il se réserve la possibilité d’ordonner rapidement de nouvelles mesures cantonales si une évolution défavorable des infections devait entraîner une forte charge du système de santé.   

Le gouvernement adresse ses très sincères condoléances aux Bernoises et aux Bernois qui ont perdu des proches ou des amis à cause du coronavirus.

Vers l'ordonance

Nota bene

Hotline en service ce week-end

En prévision des questions que suscite l’adaptation des dispositions de lutte contre le coronavirus, la hotline du canton de Berne restera ouverte le samedi 12 et le dimanche 13 décembre, de 10h à 16h. Son numéro : 031 636 87 87.

Vous trouverez de nombreuses informations complémentaires sur le COVID-19, y compris les communiqués de presse et les ordonnances, à l’adresse : www.be.ch/corona.

Aperçu des communiqués