Aperçu des communiqués

Campagne nationale engrais 2019/20 Les engrais sont généralement bien étiquetés, mais un produit sur six contient trop de cadmium

21 juillet 2021 – Communiqué de presse; Direction de l’économie, de l’énergie et de l’environnement

Cinquante engrais minéraux phosphatés ont été examinés dans le cadre d’une campagne coordonnée au niveau suisse. Les déclarations des produits et les substances qu’ils contiennent étaient largement conformes aux exigences légales. Il y a des lacunes dans l’accomplissement des obligations administratives des fabricants et des importateurs. Un produit sur six a dû être interdit à la vente pour cause de dépassement des valeurs-limites de cadmium.

Les engrais minéraux phosphatés peuvent avoir une forte teneur en polluants tels que le cadmium et l’uranium. C’est ce qu’ont montré des contrôles effectués en 2004 puis en 2011/12. Une nouvelle campagne a été menée en 2019/20 dans onze cantons et ses résultats viennent de sortir.

Cinquante engrais minéraux phosphatés ont été contrôlés dans 25 entreprises. Le contrôle a porté sur la désignation (étiquette), la teneur en éléments fertilisants et les solubilités de l’anhydride phosphorique, la fiche des données de sécurité, la correction de l’inscription dans le registre des produits (obligation d’annonce), la réalisation des autocontrôles et la teneur en cadmium. L’analyse a recherché aussi des éléments chimiques non régis par la loi (arsenic, plomb, mercure et uranium) pour fournir une vue d’ensemble de la présence de polluants dans les engrais minéraux phosphatés.

Améliorations réalisées, mais contrôles toujours nécessaires

Les prescriptions légales en matière d’étiquetage des engrais sont bien appliquées, à quelques exceptions près, et les teneurs en éléments fertilisants ainsi que les solubilités de l’anhydride phosphorique sont majoritairement conformes aux déclarations. Une grande dispersion a été observée dans les teneurs en cadmium. Un produit sur six dépasse la valeur-limite et a été interdit à la vente. La situation s’est toutefois améliorée par rapport à 2011/12 : le taux d’échantillons donnant matière à contestation a diminué de près de moitié. Rien de particulier n’a été relevé dans les teneurs en arsenic, en plomb et en mercure. Les valeurs élevées d’uranium observées lors des campagnes antérieures ont été confirmées, mais il n’y a pas de valeur-limite pour cette substance.

La campagne de contrôle a montré en outre que les fabricants et les importateurs remplissent parfois de manière insuffisante les obligations que leur impose le droit des produits chimiques concernant la fiche des données de sécurité, la classification, l’obligation d’annonce et l’autocontrôle. Il faut donc continuer à pratiquer régulièrement des campagnes de contrôle visant les engrais.

Nota bene

Collaboration nationale

La campagne a été organisée en collaboration avec les services chargés du contrôle des produits chimiques des cantons de Bâle-Campagne et de Zurich ainsi qu’avec des spécialistes de la Confédération (Office fédéral de la santé publique, Office fédéral de l’environnement, Office fédéral de l’agriculture). Comme la plupart des fabricants suisses d’engrais ont leur siège dans le canton de Berne, c’est la Laboratoire cantonal bernois qui a dirigé la campagne.

Documentation

Aperçu des communiqués