Aperçu des communiqués

Coronavirus Marché d’apprentissage stable – Nouveaux formats numériques pour le choix professionnel

18 mars 2021 – Communiqué de presse; Direction de l’instruction publique et de la culture

La pandémie de coronavirus affecte la formation professionnelle sur plusieurs plans. Les entreprises formatrices, les organisations du monde du travail et le canton de Berne font tout leur possible pour que les jeunes réussissent leur entrée dans la vie active malgré le contexte difficile. Leurs efforts sont jusqu’ici couronnés de succès.

Le marché des places d’apprentissage reste stable malgré les conséquences de la pandémie de coronavirus. En tout, 28 000 contrats avaient été signés fin février dans l’ensemble du pays pour un début d’apprentissage en 2021, un nombre comparable à celui des années précédentes. Dans le canton de Berne aussi, les chiffres sont en phase avec la moyenne des cinq dernières années (4660 nouveaux contrats signés à fin février). Le nombre de places d’apprentissage proposées a même été supérieur à celui des années précédentes. À ce stade, on ne constate pas de différences significatives entre les deux régions linguistiques du canton, mais d’importants écarts apparaissent selon les secteurs d’activité.

Des formats numériques pour découvrir un métier

Les mesures de lutte contre la pandémie sont néanmoins un obstacle à la découverte d’un métier. Souvent, les réunions d’information et les journées de stage de découverte ne peuvent pas être organisées en présentiel. Cependant, des formats numériques offrent une solution de rechange appréciable. On peut citer BAM.connect (Salon bernois de la formation, du 24 au 26 mars), l’application de visite virtuelle du Salon interjurassien de la formation, SwissSkills connect (120 champion·ne·s des métiers racontent leur quotidien) ou les offres virtuelles de l’orientation professionnelle.

Les écoles professionnelles développent en parallèle leur projet Rent-a-Stift. Les apprenti·e·s se rendent dans les classes de l’école obligatoire et racontent aux élèves leurs propres expériences de recherche dans le cadre de l’enseignement de préparation au choix professionnel. Cette offre permet aux jeunes de se faire une idée plus précise du monde du travail.

Des places encore libres pour 2021

La recherche d’une place d’apprentissage et la procédure de sélection sont moins fortement touchées par la pandémie. Pour l’une comme pour l’autre, la voie du numérique tend cependant à s’imposer. Les rencontres entre apprenti·e·s et employeurs et de nombreux entretiens d’embauche ont lieu en ligne. Dans les secteurs d’activité qui ont souffert du confinement, la procédure de sélection est partiellement retardée, mais cela n’empêche pas les stages professionnels.

Il reste des places d’apprentissage libres pour 2021. Il vaut donc la peine pour les jeunes de poursuivre leur recherche. Les centres d’orientation professionnelle ont étoffé leurs offres afin de rassurer les jeunes et leurs parents, qui peuvent les solliciter gratuitement, notamment par téléphone.

Une expérience professionnelle malgré le confinement

Le coronavirus affecte surtout les apprenti·e·s des secteurs d’activité paralysés par le confinement. Les entreprises fermées ne peuvent pas assurer la formation pratique, ou pas autant qu’elles le souhaiteraient. En outre, il est parfois difficile de suivre comme il se doit les apprenti·e·s qui travaillent à domicile, une situation particulièrement compliquée pour celles et ceux qui sont sur le point de se soumettre à la procédure de qualification.

Les organisations du monde du travail, la Confédération et les cantons ont donc lancé des formules de substitution. Dans l’hôtellerie-restauration, par exemple, trois établissements du canton de Berne travaillent depuis janvier sans accueillir de public : les apprenti·e·s cuisinent et servent d’autres apprenti·e·s, sous la conduite de formatrices et de formateurs professionnels. Un autre exemple : dans l’événementiel, des concerts sont diffusés sur Internet ; les apprenti·e·s s’occupent de la lumière, du son et de la retransmission.

Les écoles professionnelles ne sont pas en reste. Le Centre de formation d’Interlaken et celui de l’Emme ainsi que l’École professionnelle artisanale et industrielle de Berne proposent des journées supplémentaires d’enseignement pratique aux jeunes de la restauration. De son côté, l’École d’Arts Visuels Berne et Bienne donne la possibilité aux technologues en impression de se préparer à la procédure de qualification grâce à un stage pratique en entreprise.

Pas de concession sur la procédure de qualification

Les jeunes qui terminent leur apprentissage pendant la pandémie justifieront d’une formation complète. Les procédures de qualification (examens finaux) auront lieu aussi en 2021, sans concession. Les modalités d’examen pourraient cependant être différentes, comme en 2020, selon l’évolution de la situation épidémiologique.

Et après l’apprentissage ?

Les jeunes qui terminent leur apprentissage pourraient rencontrer davantage de difficultés à trouver un poste de travail dans certains secteurs d’activité. C’est pourquoi les centres d’orientation professionnelle (OP) proposent, en collaboration avec les offices régionaux de placement et les écoles professionnelles, des webinaires de préparation à l’entrée dans la vie active. Par ailleurs, les OP ont créé l’offre SOS-Corona - conseil en gestion de carrière, qui s’adresse aux jeunes professionnel·le·s qui ont besoin de conseils gratuits. Les entreprises formatrices sont appelées à proposer des solutions flexibles aux personnes qui arrivent sur le marché du travail.

Aperçu des communiqués