Aperçu des communiqués

Les coûts de l’aide sociale ont augmenté de 2% en 2017

4 décembre 2018 – Communiqué de presse; Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale

En 2017, 46 536 personnes ont perçu des prestations de l’aide sociale dans le canton de Berne. Cela représente un taux d’aide sociale de 4,6%, inchangé par rapport à l’année précédente. Les coûts, qui ont atteint 469 millions de francs, ont augmenté de près de 2% par rapport à 2016. La Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale (SAP) a résumé dans un rapport les chiffres tirés du décompte des communes et de la statistique fédérale de l’aide sociale.

En 2017, une aide sociale a été versée à 121 personnes de moins que l’année précédente (46 536 bénéficiaires au total). Le taux d’aide sociale dans le canton de Berne reste donc à environ un point de pourcentage au-dessus de la moyenne suisse, malgré une bonne situation économique. Ce taux varie fortement selon les régions. L’évolution du marché du travail constitue toujours un important défi pour les personnes peu qualifiées, qui ont du mal à trouver un emploi. La réinsertion des personnes âgées de plus de 50 ans qui ont perdu leur emploi pose également problème. La statistique fédérale de l’aide sociale 2017 montre que la part de bénéficiaires de l’aide sociale âgés entre 46 et 64 ans a augmenté constamment au cours des dix dernières années.

Hausse des coûts

Les coûts nets de l’aide sociale individuelle ont augmenté de 2,2% en 2017. Si on considère les dernières années, les coûts de l’aide sociale dans le canton de Berne sont restés plus ou moins stables à un niveau élevé. Le canton et l’ensemble des communes en assument chacun la moitié à travers la compensation des charges. Les efforts entrepris au cours des dernières années par la SAP et les services sociaux pour accroître l’efficience ont contribué à stabiliser les coûts. Pour empêcher que ces derniers progressent davantage, des mesures supplémentaires sont cependant nécessaires. Les optimisations prévues à partir de 2020 dans le cadre de la révision partielle de la loi sur l’aide sociale et le renforcement du système d’incitation vont dans ce sens.

Contrairement aux coûts de l’aide matérielle, les charges de personnel des services sociaux ont continuellement augmenté au cours des dernières années. Cette évolution a pu néanmoins être freinée, puisqu’elles ont atteint 83 millions de francs en 2017, en diminution de 3,5% par rapport à 2016 (86 millions de francs). Ce fléchissement est le résultat du nouveau système en vigueur depuis le 1er janvier 2017, qui ne rétribue plus les postes, mais les cas traités par des forfaits.

Défis dans le domaine migratoire

Outre l’évolution du marché du travail, qui offre de moins en moins d’emplois pour les personnes peu qualifiées, les mouvements migratoires posent des défis supplémentaires aux cantons à moyen et à long termes. De nombreux immigrés vont sans doute rester durablement en Suisse. Une assez grande partie d’entre eux n’ont ni des connaissances linguistiques ni un niveau de formation leur permettant d’accéder rapidement au marché de l’emploi, en dépit des investissements élevés consentis dans les mesures d’intégration. Un grand nombre de ces personnes dépendront donc pendant longtemps de l’aide sociale et des mesures d’aide visant leur insertion professionnelle ou sociale.

La Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale s’est fixé pour objectif d’améliorer notablement le taux d’insertion professionnelle de manière générale, et pour ce groupe de personnes en particulier. Ce but ambitieux ne pourra être réalisé que si le secteur économique propose à l’avenir davantage d’emplois non qualifiés. La SAP a institué à cet effet un groupe de travail comprenant nombre de représentants des milieux économiques et chargé de proposer des mesures en vue d’augmenter le taux d’insertion professionnelle.

Documentation

Aperçu des communiqués