Logo Kanton Bern / Canton de BernePortail Internet du canton de Berne
05 novembre 2021
Aperçu des communiqués

Communiqué ; Direction de la sécurité
:
Une cérémonie pour le jubilé de l’établissement pénitentiaire de Hindelbank

Une cérémonie a eu lieu à l’établissement pénitentiaire de Hindelbank pour célébrer les 300 ans du château et les 125 ans de son utilisation comme prison pour femmes. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, la présidente du gouvernement zurichois Jacqueline Fehr et le directeur de la sécurité du canton de Berne Philippe Müller ont rendu hommage à l’évolution de Hindelbank et à son rôle dans l’exécution judiciaire en Suisse.

« Cet établissement accueille des femmes de toute la Suisse pour purger des peines en milieu ouvert ou en milieu fermé et il les prépare à se réinsérer dans la société », a rappelé la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter dans son allocution de bienvenue. À l’occasion des 300 ans du château et des 125 ans de son utilisation comme prison par le canton de Berne, une cérémonie dans l’enceinte de l’établissement pénitentiaire de Hindelbank a réuni une centaine d’invités représentant les milieux politiques, les trois concordats d’exécution judiciaire de la Suisse, les autorités de poursuite pénale et la justice.

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a évoqué les placements administratifs, « un chapitre long et sombre dans l’histoire sociale de la Suisse ». Cette pratique a permis d’enfermer des femmes et des hommes sans procès ni condamnation jusqu’en 1981 : « Les personnes placées administrativement ont vécu côte à côte avec des criminels condamnés ». La cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) a rappelé le sort d’Ursula Biondi, internée à Hindelbank dans les années 60 parce qu’elle était tombée enceinte alors qu’elle était mineure et qu’elle voulait conserver son enfant. 

Des excuses pour les injustices commises

Ursula Biondi s’est ensuite investie pendant des années pour que la Suisse fasse un travail de mémoire et reconnaisse les torts commis envers les personnes placées administrativement. Le 10 septembre 2010, enfin, la cheffe du DFJP de l’époque, Eveline Widmer-Schlumpf, a présenté les excuses de la Confédération aux femmes victimes de mesures de coercition à des fins d’assistance lors d’une cérémonie à l’établissement pénitentiaire de Hindelbank.

La présidente du gouvernement zurichois Jacqueline Fehr était présente à la cérémonie de 2010. Dans son discours, elle a rappelé que ces excuses avaient été extrêmement importantes et qu’elles avaient soulevé une très grande émotion. « C’est un progrès civilisationnel important que d’avoir pu nous confronter à cette partie de notre passé et d’avoir présenté nos excuses aux victimes », a poursuivi la directrice zurichoise de la justice. Mais les questions fondamentales, par exemple comment la société majoritaire traite-t-elle les minorités ou comment réagit-elle au non-respect des normes et des conventions sociales, n’ont pas disparu pour autant. Elles restent d’actualité.

Une réinsertion réussie est un bienfait pour toute la société

Le conseiller d’État Philippe Müller, directeur de la sécurité du canton de Berne, a parlé de la diversité des parcours de vie des femmes détenues aujourd’hui à Hindelbank avant l’acte qui leur a valu cette détention, parcours durant lesquels elles ont souvent été elles-mêmes victimes d’agressions et de violence. Il a rappelé le travail fourni par le Service de lutte contre la violence domestique de sa Direction pour mettre un terme à la spirale de la violence. Concernant la rénovation en cours de l’infrastructure de Hindelbank et l’aménagement d’une nouvelle section externe pour douze détenues, il a ajouté : « Nous fournissons un important travail afin d’assurer la sécurité publique. Mais le travail de resocialisation dans lequel nous investissons en tant que société est tout aussi important. » Une réinsertion réussie est un bienfait pour toute la société, a-t-il souligné.

Pour la présidente du gouvernement zurichois Jacqueline Fehr, Hindelbank est une institution particulière car c’est le seul établissement d’exécution judiciaire destiné aux femmes en Suisse alémanique : « Il s’agit donc d’un partenaire important pour nous à Zurich, et pour tous les autres cantons suisses alémaniques. ». La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a relevé : « Cet établissement pénitentiaire offre des conditions de privation de liberté conformes aux standards élevés actuels. » 

Les oratrices et les orateurs ont adressé leurs remerciements aux membres du personnel de l’exécution judiciaire pour leur travail important et exigeant au service de la sécurité publique. L’animation musicale de la cérémonie était assurée par le trio féminin Les Coquelicots.

Exposition et marché du château

L’exposition « Das Schloss. Die Anstalt. Das Dorf – 1721 bis heute » dure jusqu’au 27 novembre 2021. L’entrée est libre. Le traditionnel marché du château (« Schlossmärit ») sera organisé dans la cour intérieure le week-end des 26 et 27 novembre. Accès sur présentation d’un certificat COVID uniquement. 

L’exposition et son catalogue

Horaires d’ouverture du 16 octobre au 27 novembre 2021

  • Mercredi-vendredi      13h30-17h30
  • Samedi et dimanche  10h00-17h00
  • Lundi et mardi fermé

Entrée libre. Cafétéria ouverte au public. Les personnes en situation de handicap peuvent bénéficier d’une assistance pour la visite (merci de vous inscrire deux jours à l’avance au 079 523 50 18). Accès sur présentation d’un certificat COVID uniquement.

Le catalogue de l’exposition est publié sous le titre « Hindelbank. Das Schloss. Die Anstalt. Das Dorf - 1721 bis heute »: 304 pages, 200 illustrations

Commandez

  • Sinwel Verlag Bern
  • ISBN 978-3-85911-900-0

L’ouvrage est en vente au prix de 48 francs en librairie et de 40 francs à l’exposition.

Partager